Relaxations

Se relaxer, c'est se pardonner !

 

On pense souvent que se relaxer, c'est se détendre les muscles. Ceci est superficiel. Il faut se souvenir que dès le 12ème siècle, relaxer était un terme utilisé pour "remettre en liberté", donc pardonner une personne d'une attitude incorrecte. Relaxer, c'est donc remettre en liberté des énergies plus profondément que le corps physique.

Au 16ème siècle, on utilise le terme "relansaction" qui est l'action de desserrer un pansement qui deviendra l'action de décontracter un muscle.

Aujourd'hui, "se relaxer" c'est se détendre, le repos, le relâchement, la liberté de mouvements, l'évasion, faire une pause, souffler, se délasser, se calmer, etc...

C'est un procédé actif de la détente psycho-corporelle : détendre le corps et calmer les idées. Plus profondément, à l'YTS, on nettoiera  l'inconscient dans les relaxations profondes des Yoga Nidra et Sophronisation.

Relaxer et relâcher quoi ? Les signes du stress :

Un synonyme de relaxer est relâcher. C'est lâcher encore et encore. C'est donc mettre en liberté, se libérer de quelque chose de tendu par exemple, ou de gênant, des contraintes, etc...

Nous avons toujours des tensions dans le corps qui entraînent un mal-être psychologique : du nervosisme, du stress, des névroses, des phobies, des troubles du sommeil, etc...

Nous croyons être détendu or l'observation peut montrer que ce n'est pas le cas :

  • quand on se ronge les ongles, la peau des doigts,
  • quand on se met les doigts dans le nez,
  • quand on se gratte la tête,
  • quand on se tapote le menton,
  • quand on bouge les jambes
  • quand on fume,
  • quand on parle pour ne rien dire,
  • quand on est irritable,
  • etc...

 

On peut donc être inconscient de son état de tension. Nous pouvons donc voir si la méthode de relaxation employée est profonde ou superficielle.

Le stress fait partie de la vie, on ne peut pas l'éliminer totalement. La naissance est même un stress ! Ce qui pose un problème, c'est quand il y en a trop (détresse), on ne sait plus répondre normalement. Il faut donc augmenter les capacités personnelles pour y faire face. La détente n'est pas seulement une affaire d'éliminer des tensions, mais aussi d'acquérir certaines capacités.

Les signes du stress sont nombreux, apprenons à les reconnaître :

  • une augmentation du rythme cardiaque, du rythme respiratoire,
  • des vertiges, des nausées, des rhumes et grippes un peu trop souvent,
  • des problèmes digestifs, on mange trop ou pas assez,
  • une diminution de la mémoire, des problèmes de concentration,
  • on est plutôt négatif, on est anxieux, triste, irritable, agité, on critique,
  • on se ronge les ongles, on dort trop ou pas assez, on manque de temps,
  • on prend les choses trop au sérieux, on veut faire plaisir à tout le monde,
  • on fatigue, le travail est un fardeau,
  • etc...

Se relaxer demande de nettoyer son inconscient :

Les tensions s'enracinent dans l'inconscient tumultueux : les samskaras du Yoga.

C'est tout ce qui est refoulé, trop difficile à garder en mémoire vive, mais c'est toujours dans l'ordinateur de notre être, même si on a mis à la poubelle. Même effacée, les données de la poubelle sont toujours dans l'ordinateur.

Les évènements passés, refoulés, enterrés sont toujours actifs et sont à l'origine de nos craintes, nos obsessions, nos habitudes, nos réactions, etc...

Les désirs instinctifs luttent sans fin pour s'exprimer dans le conscient.

L'inconscient amène des automatiqmes de réactions dans certaines situations. Comme par exemple un conducteur jeune fait très attention au début à ce qu'il doit effectuer pour conduire, ensuite il peut conduire de façon automatique tout en parlant, fumant, écoutant de la musique, mangeant, etc... Il n'a plus besoin de conscience vigile car il est mu par des automatismes de l'inconscient.

La douleur est aussi un automatisme et peut être détournée si on met son attention ailleurs en mobilisant toutes ses facultés. Cas du soldat blessé : dans l'action, il ne ressent pas sa douleur car toute son énergie est mobilisée ailleurs dans la lutte.

L'ego est une création, un censeur du mental, entre le conscient et l'inconscient qui va empêcher la remontée d'informations inconscientes dans la conscience.

L'ego nous refuse l'accès à l'inconscient, là où il y a les tensions mais aussi l'intuition, la créativité et l'inconscient collectif.

La relaxation véritable devra utiliser un mécanisme profond jusqu'à l'inconscient. C'est le cas dans les Yoga Nidra et les Sophronisations.

Quelques recommandations :

  1. La volonté est contraire à la relaxation : on ne peut pas dire à une personne "détends-toi !" car elle va faire un effort, donc engendrer des tensions.
  2. La relaxation qui dépasse un seuil déséquilibre la personnalité et mène à la dépression.
  3. Il faut garder un niveau de stress afin d'être stimulé. En entreprise, l'encadrement doit gérer le niveau d'aléas du personnel afin qu'il soit performant, sans trop stresser.
  4. Tout ne provient pas des émotions, aller voir un médecin avant de faire un traitement de relaxation est utile.
  5. La relaxation est déconseillée pour les personnes trop dans la tête, à l'intérieur, comme les dépressifs, les schizophrènes, las psychoses et états délirants...parfois pour les asthmatiques psychosomatiques.
  6. La relaxation est déconseillée si il y a une trop forte vasodilatation des vaisseaux car la relaxation dilate les vaisseaux.
  7. Ne pas vouloir trop contrôler ses idées et son corps car le mal-être vient d'un excès de contrôle !

Les 4 conditions pour pouvoir se relaxer :

L'immobilité du corps assis, debout ou couché, est nécessaire car coupe tous les circuits, les influx nerveux, le cerveau...On se désidentifie.

 

Le retrait du monde avec le retrait des sens, donc les yeux fermés.

 

Le calme voire le silence.

 

La focalisation de l'attention sur un seul point : une seule pensée.

Les effets physiques de la relaxation :

  • Il y aura moins de problèmes cardiaques, d'angoisse, 
  • diminution du tonus musculaire, des réflexes, de l'excitabilité,
  • diminution du rythme respiratoire, le cycle s'allonge,
  • diminution de la pression artérielle,
  • réduction des crises d'asthme et des migraines,
  • augmentation du seuil de sensibilité à la douleur qui est une notions individuelle et subjective,
  • dédramatisation du corps et de la maladie dans les protocoles de cancer et des soins palliatifs,
  • diminution des effets nauséeux par prise de conscience du diaphragme,
  • diminution des tremblements neurologiques, car diminution de leurs composantes émotionnelles (attention ! la relaxation augmente les tremblements de Parkinson et est déconseillée pour les schizophrènes),
  • dinimution des vertiges, des céphalées, des bourdonnements d'oreilles, des spasmes, des tics,
  • diminution des composantes anxieuses de l'ulcère gastro-duodénal,
  • diminution de la fatigue oculaire dans le cas du glaucome,
  • diminution de l'eczéma et du psoriasis,
  • en fait, diminue toutes les composantes émotionnelles de ces cas pathologiques, donc diminue certaines névroses comme la toxicomanie, les troubles du sommeil...
  • diminution de la cortisole, adrénaline, cholestérol, du métabolisme en général par les surrénales,
  • normalisation de la tyroïde,
  • diminution de la température centrale de 0.3°c comme dans le sommeil
  • augmentation de la chaleur périphérique (bout des doigts de 0.2 à 3.5°c) donc amélioration du débit circulatoire périphérique,
  • augmentation de la digestion car souplesse du tube digestif et ouverture du cardia et du pylore.

Les effets d'un point de vue subtil :

Les modifications se font :

  • sur l'état de conscience,
  • sur l'état de vigilance,
  • sur l'équilibre psysiologique et
  • sur le vécu psychologique.
  1. La relaxation est comme un 4ème état de conscience, l'état anti-émotionnel, ou témoin du Védanta,
  2. Il y a passivité, dans le Yoga il n'y a pas de suggestion,
  3. Il y a toujours une régression dans le passé, avec quiétude de l'enfant et la présence de la mère (la parole et la présence du guide),
  4. La relaxation est imaginative due au calme et au silence, on retrouve son état naturel, non perturbé, sans désir superficiel,
  5. Les structures mentales se relâchent, on fait donc plus attention à soi,
  6. Il y a intensification de la présence au monde, on vit l'instant,
  7. Il y a modification des seuils de sensibilité et de déclenchement des émotions, on devient moins perturbé par les bruits des voisins, par certaines situations, certaines contrariétés par rapport à avant,
  8. Atténuation des affects,
  9. Remaniement des relations avec l'entourage, on est plus calme, moins nerveux,
  10. Reprise de possession d'un sentiment de soi valable, reconstruction, réunification, gentillesse avec soi (cas des problèmes sexuels),
  11. Augmentation de l'acceptation,
  12. Augmentation de l'ouverture d'esprit, la curiosité,
  13. Augmentation de la patience,
  14. Maîtrise de soi et augmentation de la confiance.

Les séances à l'YTS de Pont-Sainte-Marie

Les cours de Yoga comme les séances de Sophrologie sont basés sur la Relaxation.

Chaque cours de Yoga commence par une détente allongée sur le dos (Shavasana) différente chaque semaine afin que chacun puisse trouver "sa détente" qu'il pourra effectuer chez lui, après le travail par exemple pour éliminer les tensions accumulées dans la journée et ne pas les cumuler chaque jour.

Une fois par mois, nous effectuons un Yoga Nidra spécifique adapté au thème de la séance, dont l'enregistrement mp3 est effectué pour être disponible pour ceux qui le souhaitent.

La Sophrologie comprend uniquement des exercices de Relaxations dynamiques (RD), entre 2 à 4 par séance ainsi qu'une Relaxation Statique (la Sophronisation), proche du Yoga Nidra, adpatée à la personne, aux intentions de la séance compatible avec l'objectif fixé du parcours. La personne garde l'enregistrement de la séance totale.

En règle générale, tous les cours de Yoga comme de Sophrologie ont 2 caractéristiques à l'YTS :

  • La détente,
  • L'intériorisation

 

Chaque posture de Yoga (asana) est l'équivalent d'une situation de la vie, comme les RD en Sophrologie.

  • En Yoga, on apprend à s'habituer à vivre la posture de façon détendue, confortable et stable en restant observateur,
  • En Sophrologie, on écoute les ressentis intérieurs dans chaque postures dynamiques afin de prendre conscience de nouvelles capacités.

Dans les 2 cas, la personne est détendue profondément et met en place l'observateur (Drashta, témoin).

Dans les 2 cas, la pratique mène à la méditation de pleine conscience.