0 logo 1

Accompagner les conséquences du confinement

Le catalogue des complications liées aux confinements est assez long. La Sophrologie pourra apporter ses solutions curatives puis préventives dans les différentes conséquences psychopathologiques liées à la crise sanitaire, sociale et économique depuis 2020 et qui vont continuer...

La pression sur la santé mentale :

1 sante mentale

 

Bien sûr il y aura aggravations des situations antérieures mais il y aura aussi des conséquences pour la population en général.

 

D'une part, il y a la  peur de la contamination qui sera plus importante pour les personnes déjà fragiles mentalement, d'autre part il y a les contraintes du prolongement des confinements notamment pour les personnes vulnérables psychologiquement et économiquement.

 

Il y a aussi des deuils mal vécus ou mal accompagnés avec les inquiétudes pour des proches hospitalisés avec les visites interdites ou sélectionnées et incomplètes dans les échanges affectifs.

Avec l'ennui en plus :

2 ennui

Enfermé à la maison ou en appartement, cela a une incidence sur les expériences positives donc sur la sensation de bonheur. Les capacités personnelles sont corrélées à la sensation de bonheur ; moins utilisées, nous sommes moins heureux. Il y a moins de défis mettant en oeuvre les compétences personnelles pour les dépasser. Il y a une limitation de la vie personnelle autour de la routine du quotidien.

Dans le confinement il y a aussi réduction de l'activité professionnelle, moins de responsabilités et plus d'angoisses du futur.

Cet ennui est corrélé avec l'anxiété et la dépression. Il y a moins d'attention soutenue, et la satisfaction de la vie est moins importante. Donc le sentiment d'insatisfaction, la frustration et la colère jusqu'à des comportements agressifs et impulsifs vont apparaître. Viendra ensuite la recherche de sensations pour échapper à l'ennui avec les addictions : la consommation de substances, les jeux d'argent, l'hypersexualité, etc...

Plus l'estime de soi est importante, moins l'ennui aura des conséquences négatives. Les personnes qui auront une forte intériorisation et du self contrôle pourront donner un sens à leur vie de confinement. Les conséquences négatives de l'ennui seront donc plus importantes chez les jeunes.

Il pourra y avoir dans le cas d'isolement social (cas des étudiants seuls dans de petites chambres) des hallucinations, des délires pour les personnes vulnérables à la psychose (aussi pour les personnes âgées qui ont des réticences à parler).

Les troubles du sommeil

3 tropuble sommeil

 

Le stress, l'anxiété, les compulsions vont engendrer des problèmes d'insomnies en plus des troubles dépressifs, anxieux et addictifs.

 

Il y a bien sûr des modifications des rythmes quotidiens par le manque d'activités physiques, un changement dans l'alimentation, dans les interactions sociales modifiées voire supprimées, avec des expositions aux écrans supérieures par rapport à l'ordinaire, aggravées par une mauvaise exposition à la lumière du jour pour les personnes restant toujours enfermées avec le stress de la maladie, de la perte d'argent, de l'emploi, etc...

 

Ces troubles pourront être accrus pour les personnes vivant seules, les aidants qui auront en plus travaillés à domicile.

L'anxiété :

4 anxiete

L'anxiété va toucher beaucoup de personnes : l

  • l'incertitude du lendemain,
  • l'impermanence palpée concrètement pendant cette période,
  • la peur de la mort, de la maladie et de ses conséquences sur notre santé future.

La vie des personnes va être considérablement modifiée. Il y a aussi une perte de contact avec la réalité des évènements extérieurs. Les médias sont devenus la source privilégiée d'informations principales et saturées sur l'épidémie avec souvent des informations contradictoires.

Les troubles post traumatiques :

5 traumatisme

 

L'évènement "confinement" peut être considéré comme traumatique car l'environnement est instable par une proximité inhabituelle dans la famille, avec formations possibles de violences, de colères, de séparations familiales, de la crainte d'infecter, etc...

Conduites suicidaires :

6 suicide

 

La méfiance, l'isolement, l'impuissance, l'exclusion, la présence de moins de protection durable, l'angoisse financière, la perte de l'être cher, la culpabilité, l'ennui de ne plus être opérationnel professionnellement et socialement, la dépression, seront autant de catalyseurs pour des situations dramatiques.

Les conduites addictives et alimentaires :

7 addiction 2jpg

La situation accroit les cas de personnes anxieuses, dépressives avec des émotions négatives, des surexpositions aux publicités et aux médias avec moins d'activités physiques, moins de contacts sociaux, moins de repas pris avec autrui.

Il pourra y avoir privation de drogues illicites, le retour de l'alcool et des expositions à la pornographie ainsi qu'aux jeux vidéo pour les enfants.

Des violences domestiques :

8 violence

 

Ces violences (conjugales et sur les enfants) vont s'accroître avec la perte des repères, l'isolement, l'étroitesse des locaux, la perte de proches, de revenus, la peur de mourir, les difficultés d'accès aux soins ou la peur d'aller chez le médecin, l'impossibilité de s'enfuir, l'augmentation de la consommation de substances addictives, l'agressivité, la fermeture des écoles, la perte d'emploi, etc...

sophrologie