Qualites mediter

Les qualités à développer pour méditer

Nous sommes maintenant à une période où la méditation fait son entrée dans tous les domaines. Beaucoup ont envie d'essayer, tellement ses bienfaits sont dits nombreux. A l'heure du "bien-être" recherché, sait-on vraiment les qualités qu'il faut développer pour méditer ?...

Il faut une réelle motivation et du courage :

Il est important qu'une réelle motivation soit présente en soi. Souvent nous sommes attirés par la méditation car c'est à la mode et nous nous disons : pourquoi pas moi ?

Nous essayons et nous nous apercevons au bout de quelques séances que c'est difficile car en fait nous ne savions pas ce que c'était en réalité ou que ça ne nous intéresse pas car nous ne voulons pas lâcher, mais plutôt obtenir quelques chose de gratifiant.

Si au bout de quelques séances, nous sommes satisfaits car cela nous calme un peu, il arrivera tôt ou tard la lassitude vis-à-vis de deux difficultés majeures : les distractions et la somnolence.  Nous surmonterons ces deux obstacles en ayant une véritable motivation, c'est-à dire l'envie d'une part de ne plus suivre les pensées qui arrivent sans cesse et d'autre part de réaliser qui nous sommes, d'où nous venons, où nous allons et qui est ce "nous".

Contre les deux difficultés majeures : la patience :

La première difficulté est de ne rien observer du tout. Là il faut en premier la patience, la persévérance pour dépasser cette étape. Les exercices de méditation adaptés et les partages du groupe permettront de franchir cette première étape.

Viendra ensuite le fait d'avoir trop de pensées, d'être vraiment perturbé et encore le découragement : je n'y arriverai jamais ! Là notre réelle motivation va nous faire continuer les exercices. Si c'était seulement "pour voir", nous arrêterons à cette étape pour trouver d'autres méthodes que nous dirons plus à notre goût, plus pour nous.

Devant le flot de pensées, nous nous trouvons devant un résultat fantastique, car cela est un bon signe que nous commençons à voir ce qui se passe en nous, dans notre tête, avec notre mental d'une part et avec nos organes des sens d'autre part. C'est une étape de passage obligatoire. Il faut donc être patient ici et utiliser les exercices appropriés à ce moment.

Nous apprendrons donc sans contrainte à retirer notre mental des sollicitations  venant de nos organes des sens. Puis à l'aide de la respiration et de certaines visualisations, nous nous entraînerons à ralentir ce flux de pensées, et à revenir sur l'objet de concentration, cette attention soutenue.

Si nous ne voyons pas toutes nos perturbations, c'est que nous sommes dans la deuxième difficulté : la torpeur. Nous nous croirons tranquille mais nous aurons quitté l'objet de concentration. Il nous faudra vite observer cette attitude et la quitter.

Nous oscillerons en fait d'une difficulté à l'autre, tantôt nous serons plein de pensées, tantôt nous serons dans l'opacité mentale. Des exercices appropriés seront donc dispensés pour se réveiller de cette torpeur.

Tout cela nous fera commencer à comprendre comment fonctionne notre corps subtil, c'est-à-dire les fonctions de notre être qui englobent tout ce qui n'est pas grossier, physique, tels que le raisonnement, l'intellect, la mémoire, les pensées, les émotions, la conscience, celui qui observe, l'inconscient avec les frustrations, traumatismes, tout ce qui y est refoulé...

La persévérance pour aller vers l'inconnu :

Il faudra encore et encore effectuer les exercices tous les jours, matin et soir afin de progresser sûrement dans ce chemin. Il faudra donc véritablement vouloir effectuer ce chemin et renoncer à d'autres...

Là, nous verrons si nous sommes capables de renoncer à certaines pensées, parfois fortes comme des passions, des désirs inassouvis qui vont revenir sans cesse. A nous d'utiliser ces énergies de désirs, dans la bonne direction. Il faudra choisir : la pratique ou encore et sans cesse, nos désirs infinis qui nous éloignent de notre pratique. Nous apprendrons cela en commençant à quitter les pensées qui arrivent. Ce n'est pas évident, mais cela sera un entraînement facile pour "lâcher", pour "quitter", pour "renoncer aux attraits de ce monde matériel".

Nous travaillerons cette force de renoncement ou de rappel vers notre objet de concentration et nous développerons cette qualité de ténacité dans notre chemin. Renoncer ne sera pas négatif, ni triste, mais amènera vers la connaissance de soi, vers le bien-être véritable et non une pommade de bien-être.

Il nous faut avoir le courage de rester dans l'exercice, de ne pas suivre les pensées qui arrivent, c'est donc mettre de côté un peu de soi, accepter de lâcher, de quitter ses habitudes de fonctionnement.

Confiance, foi et tradition sont nécessaires :

Nous expérimenterons l'angoisse, la peur de ne pas savoir où aller, de ne pas connaître le résultat, pas encore expérimenté et difficile à transmettre avec des mots. Il nous faut simplement rester sur l'objet de concentration, sans penser à un résultat à venir, cela est encore une pensée discursive.

Soyons confiant et patient et s'ouvrira un bref moment de calme joyeux, un ressenti agréable, marquant une étape franchie mais qu'il ne faudra pas vouloir rechercher les prochaines fois, sinon, ce sera encore une pensée discursive. Ce sera un signe que nous allons découvrir grâce à la pratique d'exercices déjà expérimentés de Maîtres à disciples avec des résultats probants. C'est la force d'une transmission traditionnelle, et non pas des exercices piochés par-ci, par-là pour effectuer sa propre méthode.

Cette tradition déjà éprouvée depuis de nombreuses générations, nous permettra de nous accrocher plus facilement et plus sérieusement à un but que nous percevons comme intangible, comme n'appartenant pas à ce monde. Il faut la confiance en la méthode, la confiance au Maître qui l'a transmise, la confiance aux nombreux disciples qui ont "réussis".

Le Hatha Yoga sera bien utile :

Ici, les postures (asanas) seront bien utiles afin de travailler toutes ces qualités. C'est la préparation du Hatha Yoga qui amène ensuite vers le Raja Yoga. Nous en reparlerons dans d'autres billets de ce Blog. Ces postures associées aux pranayamas, à l'intériorisation, aux mudras et aux bandhas, nous feront progresser en ancrant en nous ces ressentis positifs, ces vécus réels qui nous feront prendre conscience des qualités nouvelles expérimentées avec le corps.

Les asanas nous permettront de garder contact avec son corps, avec le monde car vouloir tout laisser tomber est encore un désir qui nait, souvent intellectuel.

La tranquillité et le confort dans la posture, tenue assez longtemps mais en accord avec notre progression nous mèneront naturellement vers un bienfait corporel et mental qui sera source de compassion naturelle, spontanée. Nous aurons envie de partager nos expériences, notre nouvel état durable et nous verrons les souffrances dues au mal-être de certaines personnes. Une conscience bienveillante naîtra naturellement, sans forcer notre attitude, sans prendre un air artificiel. Notre conscience sera plus tournée vers un monde de paix intérieure qui jaillira vers l'extérieur. Nos souhaits profonds commenceront à se réaliser à notre plus grand étonnement. Et tout ceci nous galvanisera pour continuer les pratiques encore et encore.

Pour résumer :

Il nous faut en premier choisir une méthode déjà éprouvée durant plusieurs siècles et ayant produit des êtres réalisés, des grands sages réputés. C'est plus sûr !

Ensuite, il faut observer si notre motivation est sincère et si le Maître à la source de cette méthode nous inspire, nous émeut. Cette "dévotion" nous maintiendra toujours dans la pratique ! Notre chemin ne sera pas calculé par la tête, mais inspiré par notre coeur.

Viendra donc les nécessaires patience et persévérance dans l'accomplissement des exercices que l'enseignant ayant reçu la transmission, nous transmettra à son tour.

Gardons la foi et la confiance tout au long du chemin sans jamais l'arrêter. Une communauté de pratiquants est ici nécessaire pour éliminer les doutes, les peurs et les baisses de motivation.

Tout ceci, écrit, est sûrement imparfait mais c'est ce que je pense réellement en ce moment, sans recopier des textes déjà existants.

yoga méditation

Ajouter un commentaire