0 logo paix

La Paix intérieure

En tibétain, le mot pour désigner la Paix est "Chi Dé" qui est donc composé de 2 syllabes dont la première "Chi" signifie ...

En tibétain

 

La première syllabe "Chi" signifie "le calme" et la deuxième syllabe "Dé" signifie "le bonheur, la félicité".

La paix n'est donc pas uniquement être calme, tranquille.

Etre en paix nécessite non seulement le calme mais aussi être heureux. Le calme mène à la sagesse, la connaissance par le dépos de toutes nos souillures qui nous permet de voir enfin clair et le bonheur mène à la compassion naturellement car nous ne pouvons pas être heureux seul sans vouloir que tous les autres soient heureux aussi.

 

Cette sagesse et cette compassion sont pour l'être humain comme les 2 ailes d'un oiseau qui lui permettent de voler, qui vont lui permettre d'atteindre sa liberté d'être sans souffrance.

Les exercices de respiration, le pranayama :

 

La respiration yogique complète et les autres exercices de respiration qui rendent calme ne s'effectuent pas uniquement assis au sol jambes croisées ou dans un fauteuil. ils s'effectuent quelle que soit la position ou posture qui devient "asana" quand elle est stable et confortable.

 

Toutes les postures de Yoga sont donc effectués afin de s'entraîner à la sénérité quelle que soit la situation plus ou moins difficile pour soi. Il faut donc pratiquer sans cesse et pas seulement 1 fois par semaine dans le cours collectif, souvent de façon passive en suivant les instructions d'une autre personne.

 

Cela mènera nos comportements à changer naturellement, ainsi que notre façon de vivre, notre façon d'être ; se libérer de nos entraves et atteindre la réalisation de notre véritable nature et de notre véritable tâche à effectuer sur terre qui est le but du Yoga.

La paix intérieure n'est donc pas d'abord un sentiment de tranquillité :

Ce n'est pas la tranquillité, l'apaisement, le calme d'ordre psychologique. Ce n'est pas un ressenti que "tout va bien", que "tout est simple", que rien de grave ne peut se produire. Cette paix peut être là dans les épreuves, les doutes, les difficultés.

Cette paix, c'est la conviction profonde que (Dieu), notre vie, notre destin ne nous veut pas autre part ou autrement ; la convistion que l'on est au bon endroit même sans consolation sensible et l'on s'y tient vaillamment.

C'est accepter ce que l'on est, ce que l'on fait, là où on est.

Sans paix, pas de méditation possible :

Alors qu'on pense en général que je vais méditer pour avoir la paix, il faut en fait travailler le calme mental avant de pouvoir être en état méditatif.

Sans paix, pas de Présence (de Dieu).  Sans la paix il y a agitation comme dans une eau boueuse, on ne voit pas clair, on ne voit pas le fond. Cette Présence, cette source d'où nous provenons : "notre véritable nature" est uniquement dans la paix.

Avec cette paix nous sommes établit sur le roc, à toutes épreuves.

C'est de cette paix que viennent les intuitions, les révélations (divines), les réalisations.

Pas la peine de s'isoler des gens :

Pas la peine de se mettre dans un caisson étanche car les bruits extérieurs sont beaucoup moins gênants que nos bruits intérieurs, nos désirs, passions, pensées de toutes sortes, notre propre bruit, nos distractions.

 

On peut être en paix dans une foule qui crie !

 

Il faut donc la solitude intérieure, la volonté de quitter nos pensées, donc de quitter ce monde extérieur ou tout au moins ses distractions, ses attraits.

Et comment savoir si ce que l'on désire est juste ?

Quand on est en paix et qu'une énergie jaillit soudainement, une ardeur nous anime, si cette ardeur nous fait fuir cette paix, c'est qu'elle vient encore de notre amour-propre, de notre imagination. Si cette ardeur est juste, la paix restera au fond de notre coeur.
La paix intérieure nous fait reconnaître si on agit justement ou encore par notre ego. Et les actions que la paix nous propose, ne nous troublent point, nous restons recueilli.
La paix est l'opposé du trouble intérieur. Dans la paix nous nous voyons tel que nous sommes et comme une eau tranquille, nous apercevons les plus petits grains de sable du fond. La paix nous permet donc d'éviter de suivre nos penchants névrotiques, nos distractions.

Donc attention aux passions si elles troublent notre tranquillité !

Quand nous sommes réellement en paix, nous n'avons que des pensées de paix, que des pensées qui ne nous jettent pas dans le trouble. S'il y a trouble, c'est le "démon", le mental, l'ego.

Et plus nous gouttons cette paix, plus nous trouvons les plaisirs de cette vie plutôt fades et nous en retire de ces attraits. Nous nous retrouvons donc nous-même, modeste, doux, paisible et accommodant. Il faut donc cultiver la paix du coeur. Une fois dans le trouble, nous parlons un autre langage.

Si nous voulons rendre service à quelqu'un, il faut être en paix, sinon nous risquons d'être dur, impatient et désagréable ; nous serons amené à trop parler, à agir sans réflexion.

Quelques recommandations pour avoir plus de paix intérieure :

  • S'occuper plus du bien que de la crainte du mal.
  • Etre plus attentif aux vertus à pratiquer qu'aux fautes qu'on peut commettre.
  • La bonne habitude détruit toujours la mauvaise mais la destruction de la mauvaise ne suffit pas pour former la bonne.
  • La vue trop fréquente de nos fautes ne produit que timidité, tristesse et trouble.
  • L'humilité permet de modifier l'idée qu'on a de soi-même.
  • La vie des sens est entièrement opposée à la vie intérieure.
  • Il faut partout être patient si on veut posséder la paix intérieure.
  • La moindre omission de nos exercices quotidiens (sadhana) a presque toujours des suites fâcheuses.
  • Parler avec un ton simple, naturel, sans gestes animés.
  • Réprimer nos ardeurs qui renforcent la bonne idée de nous-même.
  • La méditation affaiblit les passions.
  • Un coeur partagé n'aura jamais de paix.
  • Ne rien faire avec empressement.
  • Haïre sans colère, aimer sans passion. Ne pas rechercher cette paix avec trop d'ardeur.
  • Supporter les défauts d'autrui.
  • Ne pas entreprendre d'imiter tout ce qu'on voit faire des autres.
  • Regarder nos fautes avec compassion et humilité. Nous ne sommes que des humains.
  • Parler peu. Donner des instructions plutôt que des corrections.
  • Modérer son activité en toutes choses.
  • Ne rien désirer sur terre. Cela conduit à la profonde méditation.
  • Aimer à rester seul avec soi-même.

méditation yoga sophrologie